1415

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2011

Douanes : l'intersyndicale alerte le public

Les douaniers havrais, en intersyndicale, ont saisi l'occasion de la sortie du film "Rien à déclarer" pour alerter les spectateurs sur la mise à mal du service public des Douanes. Le rôle des Douanes est  notamment de protéger la population en contrôlant les marchandises entrant dans notre pays.

Or les effectifs, en chute libre, ne permettent plus que d'exercer le contrôle sur 1% des marchandises entrant dans le port : c'est insuffisant pour bloquer l'entrée des contrefaçons, des produits issus de trafics illicites ou ne répondant pas aux normes sanitaires.

Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement se prépare à supprimer 1200 supplémentaires d'ici 2013 !

L'action des douaniers - qui a eu lieu dans toute la France - a été relayée par l'ensemble des médias.


FR3 Baie de Seine en a rendu compte dans son édition du 2 février, en même temps que de l'actualité de Renault, du Port, et quelques images du meeting européen de l'intersyndicale havraise.

11:15 Publié dans luttes | Lien permanent | Commentaires (0)

19/01/2011

Port et Docks : la grève continue !

Le ministère restant sourd les salariés du GPMH et dockers continuent la grève. En effet le port du Havre sera bloqué pendant 4 jours notamment ce week-end la faute au gouvernement qui s'entête. S'il persistait le mouvement social pourrait se durcir...

07:55 Publié dans luttes | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2011

Le port du Havre bloqué ! la faute au gouvernement...

Alors qu'un consensus entre les différents protagonistes (ministère, patrons et syndicats des salariés) étaient en vue en décembre 2010, concernant la pénibilité chez les dockers et le GPMH. Au lendemain, du "remaniement ministériel", volte face du ministre Mariani (avec l'aval de l'Elysée), qui remet cause le travail de presque 3 ans de négociations, ce geste politique qui fait suite à la réforme des retraites, démontre bien la volonté de casser les salariés, accompagné du mépris envers les syndicats notamment la CGT.

Résultat : le Port du Havre sera bloqué 5 jours consécutifs jusqu'à dimanche, la faute au gouvernement ! Malheureusement, un conflit qui risque de durer si le ministère ne revient pas en arrière...

* En lien, le communiqué port et docks + lettre de JP.Lecoq à Mariani : DOC110111.pdf / lettre au ministère-JP Lecoq.doc

22/12/2010

Les salariés de l'Aide à domicile en colère

 

Photos-0036.jpg

 

Ce mardi 21 décembre, des salariés ont observé une heure de grève, de 14 à 15 h, et  se sont rassemblés devant le siège l'association rue Maréchal Joffre.

Les motifs de colère ne manquaient pas, à commencer par le décalage dans le versement du salaire du mois de décembre. Habituellement versé dans la deuxième quinzaine du mois, les employés ont été informés au dernier moment que celui-ci ne serait versé que dans la première quinzaine de janvier.  Joli cadeau de Noël de la part de la direction… Les salariés eux devront en subir les conséquences : agios, rejets bancaire…

Beau comportement social de l'UNA Pointe de Caux (ASSAD-AMAD) pourtant officiellement reconnue association de bienfaisance !

En réalité, les associations d'aide à  domicile sont sur un marché concurrentiel, où se rencontrent des entreprises du secteur privé lucratif, des associations loi 1901 et les quelques services publics qui subsistent, la plupart d'entre eux ayant été fermés. Les besoins vont augmenter : le nombre de personnes en perte d'autonomie devrait augmenter de 18% entre 2005 et 2020, de quoi aiguiser les appétits. La concurrence va être rude, ce d'autant plus que le problème du financement se pose avec de plus en plus d'acuité. Les ressources des usagers sont plutôt à la baisse et les collectivités locales, elles-mêmes étranglées financièrement par l'Etat, diminuent notablement leurs subventions.

Dans ce contexte, rien d'étonnant que les associations, tout en affichant à l'extérieur des valeurs humanistes et désintéressées, développent des stratégies commerciales d'expansion, et comme n'importe quel employeur, tentent de comprimer les coûts au détriment du personnel. L'UNA Pointe de Caux, association havraise à l'origine, crée  de nouvelles antennes, multiplie les services et tente de diversifier ses publics, quitte à s'éloigner de sa vocation d'origine.

Ces associations ne font pas de bénéfices, mais peuvent à l'occasion réaliser des excédents de gestion. En 2007 ceux de l'UNA Pointe de Caux s'élèvent à 548.691 €. Pour parvenir à accumuler de tels excédents –indispensables pour financer les stratégies d'expansion- les associations ont recours aux contrats aidés financés par l'Etat. Conséquences : turn-over et précarisation des salariés, au détriment de la qualité du service rendu aux usagers, déstabilisés par les changements incessants d'intervenants… le tout grâce à l'argent de nos impôts.

Mais l'Etat a revu les conditions d'accès à ces contrats aidés et cette manne est devenue peau de chagrin. Les excédents de l'UNA Pointe de Caux ont fondu comme neige au soleil, sans disparaître totalement. L'ARAPA, association rouennaise d'aide à domicile, n'a pas survécu à la diminution drastique de cette source de financement qui lui permettait surtout de combler son déficit. La gestion de la direction rouennaise a été mise en cause par le cabinet qui a réalisé une expertise pour le compte du comité d'entreprise. Entre autres dérives, le rapport pointe le niveau des plus hauts salaires, supérieurs à ceux de la convention collective : ils représentent en 2008 un écart de 42.389€ pour quatre personnes. La directrice s'était elle-même largement augmentée, hors de tout contrôle ; des méthodes que le rapport d'expert n'hésite pas à qualifier de malversations.

L'activité de l'ARAPA –qui adhérait aussi à la même fédération UNA- est reprise par l'UNA Pointe de Caux. L'ensemble des intervenantes à domicile conserve son emploi, mais 9 licenciements ont eu lieu parmi le personnel administratif, les cadres et les agents de maitrise. L'ensemble des "fonctions supports" : comptabilité, ressources humaines… sera effectué au siège, mais sans la moindre embauche. L'association espère ainsi pouvoir accumuler de nouveaux excédents. Cependant le rapport d'expertise est dubitatif sur la capacité du personnel à absorber ces nouvelles charges de travail à effectif constant.

Enfin les licenciements ne se sont pas faits au hasard. Parmi les cadres qui n'ont pas été licenciés, l'ancienne directrice reste en poste à Rouen au titre de coordinatrice.

Le dépôt du mot d'ordre de grève a fait bouger la direction, qui a promis 75% d'acompte sur le mois décembre, et de rembourser agios et frais de rejet. Cela suffira-t-il pour tout régler ? Les salariés qui connaitraient des difficultés suite aux décisions de la Direction sont invités à se rapprocher de la CGT.

09:25 Publié dans luttes, Manifs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aide à domicile

03/12/2010

Salariés en lutte !

  • SAMEDI 04 décembre :

  ASSISTANTES MATERNELLES 10h00 à Franklin - Réunion d’informations. Parlez-en autour de vous si vous connaissez des salariées de ce secteur.

 TATI :  les salariés en grève ! manque d’effectifs / augmentation de salaires  / pas de chauffage dans le magasin...

01/12/2010

Grève à la clinique des Ormeaux

SYNDICAT CGT

CLINIQUE DES ORMEAUX

LES SALARIES DU SERVICE STERILISATION EN GREVE POUR LES REVENDICATIONS SUIVANTES :

 

-       Planning non conforme,-       Manque de personnel,

 

 -       Augmentation des salaires.

 

GREVE LES 2 ET 3 DECEMBRE 2010

 

RENDEZ VOUS PARKING

DE LA CLINIQUE à 8 H 30

 

Nous invitons tous les syndicats à envoyer

des délégations pour soutenir les salariés de la

CLINIQUE DES ORMEAUX.

 

 

21:15 Publié dans luttes | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2010

Retraités : rassemblement intersyndical et interprofessionnel

Les retraités se sont rassemblés ce jeudi 25 novembre devant les grilles de la Sous-Préfecture.Une délégation a été reçue par la chef de cabinet du sous préfet qui a enregistré la motion déposée.

Le combat continue, la flamme de la lutte brûle toujours !

 

DSC_0489.JPG

DSC_0505.JPG

 

 

DSC_0491.JPG



23/11/2010

23 novembre, l'action continue

DSC_0469.JPGNous étions 2500 à la manifestation de ce matin, donc rien à voir avec les précédentes journées de grève où la colère populaire s'était exprimée avec force dans la rue. Mais comme vous pouvez le lire dans le "Havre de grève", les manifestants de ce matin témoignent "cependant de la détermination d’un large collectif de salarié-es décidé-es à ne rien lâcher."

Car de nouvelles attaques contre les acquis des salariés se profilent à l'horizon, à commencer par les complémentaires. La casse des services publics, de la protection sociale, de nos industries, et plus généralement de toute l'économie s'accélère.

L'Assemblée générale de ce soir continue à préparer les futures mobilisations. L'association "Havre de grève" a maintenant une existence légale et va pouvoir répartir les 27.000 € recueillis. Les actions décidées le 17 novembre sont en voie de réalisation. Le texte de la pétition pour demander une manifestation nationale à Paris est disponible dans le Havre de grève n°20. Un groupe va travailler à la préparation du meeting concernant le programme national de la Résistance. Concernant la coordination des assemblées générales de villes qui se tient le 27 novembre à Nantes, Le Havre n'enverra pas de délégation mais fera part de ses initiatives par courrier.

La lutte des Cooper et le soutien à leur apporter a été évoquée. La coordination entre les différentes usines de la filière automobile menacées de fermeture s'ébauche. L'idée d'une grande manifestation régionale avance, et, au-delà, celle d'aller vers une coordination nationale.

Quelques photos de la manifestation :

Lire la suite